Select Page

Le Digital Nation Report 2016 dresse les enjeux de la société numérique anglaise

A l’occasion du Digital Evolution 2016,  ce 24 novembre, la Good Things Foundation (ex- Tinder Foundation) a présenté les résultats du Digital Nation Report 2016.

Ce rapport a permis de souligner les tendances de la société numérique anglaise et rassemble les chiffres de plusieurs études britanniques complémentaires sur le sujet : accès à internet, compétences numériques, usages, intentions, barrières perçues, apprentissages des compétences, bénéfices, équipement.

On apprend notamment que 10% des anglais n’ont pas l’intention d’utiliser internet et que parmi eux, 83% ont plus de 55 ans. Au total, c’est 12,6 millions de personnes qui n’utilisent pas ou rarement internet.

 

Les barrières perçues par les non-utilisateurs sont variées :

  • « Je n’en ai pas besoin » (50%)
  • « C’est trop cher » (15% soit +21% par rapport à 2015)
  • « Je suis trop âgé » (21%)
  • « Je n’ai pas les compétences » (18%)
  • « Je ne veux pas d’ordinateur » (22%)

70% déclarent se sentir de plus en plus confiantes, 85% se sentent plus indépendantes, 66% sont plus confiantes dans la gestion de leur santé grâce à des outils en ligne, 71% utilisent de mieux en mieux les services publics en ligne.

Concernant l’équipement, le smartphone est en tête (71% des Britanniques en possèdent au moins un), suivi de l’ordinateur portable (64%), et des tablettes (59%). Le PC et la télévision connectée sont moins plébiscités (respectivement 31% et 27%).

L’accès à internet à domicile est très répandu (86%). C’est le cas pour 99% des 15-24 ans, ce qui confirme l’apparition d’une génération de digital natives. Le smartphone et l’ordinateur (PC et portables) sont les moyens d’accès privilégiés (65% et 71%). 6% des internautes n’accèdent à internet que via leur tablette ou leur smartphone.

Enfin, ce rapport alimente la stratégie de la Good Things Foundation puisqu’il dessine les contours socio-démographiques de la fracture numérique anglaise : les personnes les plus éloignées du numériques sont les personnes âgées, les personnes vivant en milieu rural, et les personnes ayant des revenus inférieurs à 9500 livres par an.

Depuis 5 ans, cette  fondation organise chaque année le Digital Evolution, qui rassemble les parties prenantes autour des enjeux et opportunités du numérique. Le thème choisi cette année était la Révolution sociale #digievol16 avec 3 table-rondes : « pauvreté et numérique », « soutenir la communauté et le volontariat », « les compétences numériques et le soutien ».

La Good Things Foundation est une fondation basée au Royaume-Uni. Son activité est orientée vers une intégration inclusive du numérique dans la société anglaise. Elle porte plusieurs projets et produit et recueille des publications en lien avec le numérique et l’inclusion. Ses objectifs stratégiques sont la réduction de la fracture numérique, l’amélioration des conditions de vie à travers les opportunités d’apprentissage offertes par le numérique, et employer les solutions numériques pour répondre aux défis sociaux. Source : goodthingsfoundation.org

Voir aussi le dossier sur l’Oxford Internet Institute

A propos de l'auteur

L'Agence du Numérique

L’Agence du numérique a pour ambition de préparer, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique pour que notre pays soit prêt à en saisir les opportunités, tant en termes de croissance et d’emplois que d’efficacité des services publics, d’aménagement du territoire et de renforcement du lien social.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter