Select Page

Un Observatoire des usages de l’agriculture numérique

Un Observatoire des usages de l’agriculture numérique

La Chaire AgroTic anime un Observatoire des Usages de l’Agriculture Numérique. Cet observatoire démarré en novembre 2016 vise à produire un état des lieux des Usages de l’Agriculture Numérique. Quelles sont les technologies utilisées aujourd’hui ? Pour quels types d’agricultures ? Pour quelles applications ? En parallèle, l’objectif de l’Observatoire est d’identifier les principaux freins à l’adoption de l’Agriculture Numérique, ainsi que les leviers existants.

L’observatoire a publié, en avril 2017, un état des lieux des usages du smartphone comme système de mesure en agriculture.

Les agriculteurs sont moins équipés en smartphone que le reste de la population, mais ils sont en train de rattraper leur retard très rapidement. Rien qu’entre 2015 et 2016, le taux d’équipement a progressé de 7 points, après une hausse de 12 points l’année précédente, selon Nicolas Moreno du cabinet de consultants en numérique Idate. « Les agriculteurs préfèrent encore les solutions fixes 74 % sont équipés de PC contre 47 % pour la population française mais ils sont déjà 45 % à posséder un smartphone (contre 54 % pour l’ensemble de la population française) », complète le consultant”. Selon la consultante Beatrix Esposito, “compte tenu de l’augmentation exponentielle des applications disponibles, un des freins reconnu à leur utilisation en territoire rural actuellement est la couverture de notre territoire par les réseaux haut débit, mais aussi bas débit qui se lancent dans la bataille”.

La Chaire AgroTIC portée par deux écoles, Montpellier Supagro et Bordeaux Sciences Agro et par L’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA).

L’Observatoire des usages de l’agriculture numérique a répertorié, dans le cadre de cette étude, 110 applications mobiles avec capteurs servant au réglage de matériel, à l’arpentage, au guidage, à la météo, à l’observation des champs, à l’interprétation du terrain. Une note d’usages a été distribuée à chaque application. Ces notes ont permis d’évaluer l’usage des applications, et donc l’usage du smartphone comme système de mesure pour quel niveau d’usage, pour quelles mesures et pour quoi faire ?

L’Observatoire des usages de l’agriculture numérique est soutenu par #DigitAg, un Institut entièrement consacré à l’agriculture numérique. #DigitAg a été inauguré le 30 juin. Basé à Montpellier avec deux antennes à Toulouse et Rennes, il rassemble 360 agronomes, informaticiens, économistes et sociologues issus de 25 laboratoires de l’Inra, Irstea, Cirad et Inria, trois formations supérieures (Montpellier SupAgro, AgroParisTech, Université de Montpellier), deux structures de transfert de technologies (SATT AxLR et Acta) et 8 entreprises. #DigitAg est doté par le PIA2 de 9,9 millions d’euros et tournera avec 147 millions d’euros de budget sur 7 ans (coût total avec salaires).

 

A propos de l'auteur

L'Agence du Numérique

L’Agence du numérique a pour ambition de préparer, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique pour que notre pays soit prêt à en saisir les opportunités, tant en termes de croissance et d’emplois que d’efficacité des services publics, d’aménagement du territoire et de renforcement du lien social.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter