Select Page

Réédition en 2017 de l’enquête Pratiques culturelles des Français par le Ministère de la Culture

Réédition en 2017 de l’enquête Pratiques culturelles des Français par le Ministère de la Culture

L’enquête Pratiques culturelles des Français est devenue, au fil du temps, le principal instrument de suivi des comportements des Français dans le domaine de la culture et des médias.

Cette enquête a connu, à ce jour, cinq éditions:  1973, 1981, 1988, 1997 et 2008.

L’enquête porte sur les différentes formes de participation à la vie culturelle (lecture de livres, écoute de musique, fréquentation des équipements et des manifestations culturels, pratiques en amateur), tout en accordant une large place aux usages des médias traditionnels (télévision, radio, presse) et, depuis l’édition de 2008, aux équipements et pratiques numériques.

Le dispositif a été chaque fois identique : sondage auprès d’un échantillon représentatif de la population de la France métropolitaine âgée de 15 ans et plus, échantillon stratifié par régions et catégories d’agglomération, méthode des quotas, interrogation en face à face au domicile de la personne interrogée.

La prise en compte des pratiques numériques culturelles dans l’édition 2008

L’édition 2008 avait mis en relief  la montée en puissance de l’internet et des « nouveaux écrans », le recul de la télévision et de la radio dans les jeunes générations, un profond renouvellement des préférences en matière de musique et de films, la poursuite du recul lecture de presse et de livres, la stabilité de la fréquentation des équipements culturels globalement stable.

Elle soulignait l’impact du numérique sur « le paysage des pratiques en amateur, en favorisant l’émergence de nouvelles formes d’expression mais aussi de nouveaux modes de diffusion des contenus culturels autoproduits dans le cadre du temps libre. Les changements ont été particulièrement spectaculaires dans le cas de la photographie ou de la vidéo dont la pratique a presque entièrement basculé dans le numérique en moins d’une décennie. La diffusion des ordinateurs dans les foyers a également renouvelé les manières de faire de l’art en amateur dans les domaines de l’écriture, de la musique ou des arts graphiques ».

Une nouvelle enquête en 2017-2018

Le Département des études et statistiques (DEPS) du Ministère de la Culture et de la Communication a entrepris de reconduire cette enquête en 2017. Le terrain sera réalisé en 2017-18. Les premières publications sont attendues pour le  2ème semestre 2018.

A cette occasion, le questionnaire a été profondément remanié pour prendre en compte la création de nouveaux usages et de nouvelles formes d’accès liés à la révolution numérique.

L’enquête s’attachera  « tout autant à réactualiser une connaissance souvent partielle des caractéristiques des publics des lieux de la culture (salles de concerts, musées, bibliothèques…), qu’à décrire le développement d’une offre culturelle significative sur Internet.  S’agit-il de deux formes d’expérience complémentaires, se renforçant mutuellement pour enrichir la fréquentation des œuvres ? Ou s’opposent-elles l’une aux dépens de l’autre ? »

Il conviendra notamment « d’articuler finement des connaissances sur les pratiques culturelles traditionnelles (fréquentation des équipements culturels, lecture de livres, pratiques artistiques en amateur), ainsi que sur les comportements numériques, notamment en articulant les différents facteurs explicatifs : catégorie socioprofessionnelle, âge (avec un intérêt particulier pour les jeunes), générations, genre, appartenance et mobilités territoriales, origines géographiques et ethniques…  Quels sont les effets de l’accélération du temps sur les formats des œuvres ? »

Selon les concepteurs de cette nouvelle enquête, « la révolution numérique soulève des questions d’ordre méthodologique complexes pour l’observation des usages. La dimension méthodologique sera donc structurante ».

« La conception du questionnaire a été confrontée à une double contrainte : garder un protocole et une méthodologie les plus proches possibles de ceux des éditions précédentes pour pouvoir comparer les résultats sur longue période ; mais également, tenir compte de l’émergence du numérique et ne plus aborder les pratiques culturelles uniquement par le média (le musée, le livre, le journal, la télévision, le cinéma, le disque, la scène, etc.), mais également par le contenu, dans la mesure où les œuvres peuvent désormais être de plus en plus consommées chez soi (même les spectacles, les expositions), et sans supports physiques ».

About The Author

L'Agence du Numérique

L’Agence du numérique a pour ambition de préparer, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique pour que notre pays soit prêt à en saisir les opportunités, tant en termes de croissance et d’emplois que d’efficacité des services publics, d’aménagement du territoire et de renforcement du lien social.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.