Select Page

Toute recherche d’un logement, achat ou location, commence désormais sur internet

Toute recherche d’un logement, achat ou location, commence désormais sur internet

France Stratégie a consacré un rapport à la transformation numérique du marché du logement.

« De nouveaux usages du logement apparaissent, de nouveaux acteurs émergent et viennent bouleverser tant le jeu concurrentiel que les modalités d’intervention de l’État. Les formules de location partielle ou temporaire qui relevaient du bouche-à-oreille ou du troc prennent une ampleur tout à fait nouvelle grâce à l’intervention de plateformes d’échange et de location (…) Parallèlement, le fonctionnement du marché du logement et les méthodes de travail de ses principaux acteurs évoluent de façon continue. Toute recherche d’un logement, à l’achat ou à la location, commence désormais sur internet et c’est grâce à internet que les professionnels peuvent améliorer leurs offres de service. Les portails d’annonces facilitent la rencontre entre l’offre et la demande et fournissent immédiatement de nombreuses informations, les logiciels d’estimation des prix et des loyers fondés sur l’observation systématique des transactions  régulièrement, comme les modalités de présentation « virtuelle » des logements ». 

Internet, premier outil de la recherche immobilière

Selon France Stratégie, « la transformation la plus visible, mais déjà ancienne, concerne la primauté des outils internet pour la publicité des annonces immobilières, qu’il s’agisse de vente ou de location ».

La consultation de portails d’annonces sur internet est dorénavant le premier réflexe aussi bien des acheteurs que des vendeurs de biens immobiliers.

Selon Médiamétrie, en 2015, sept Français sur dix consultaient des annonces immobilières en ligne et 90 % des projets immobiliers concrétisés ont débuté sur internet.

Parmi les 14,3 millions d’internautes utilisateurs d’un site d’annonces immobilières en 2015, 11 millions se sont connectés depuis un ordinateur, 2,9 millions depuis un mobile et 2,2 millions depuis une tablette, dont 1,8 million se sont connectés sur plusieurs écrans digitaux.

Selon Médiamétrie, les Français se distingueraient d’ailleurs de leurs voisins par la fréquence avec laquelle ils consultent ces sites d’annonces immobilières : plus de 13 millions de visiteurs uniques par mois en France contre moins de 7 millions en Allemagne et 5 millions au Royaume-Uni.

Selon une enquête réalisée par Opinion Way en 2014, 55 % des personnes interrogées plaçaient les sites Internet spécialisés dans l’immobilier en tête des sources d’information privilégiées dans le cadre d’un projet immobilier, devant les agents immobiliers (52 %), le bouche-à-oreille (39 %), les notaires (32 %), la presse écrite (12 %).

Les portails d’annonces facilitent désormais la rencontre entre l’offre et la demande.

Ces portails proposent des logiciels d’estimation des prix et des loyers fondés sur l’observation systématique des transactions progressent régulièrement.

Selon une enquête réalisée par IPSOS en 2015 pour le réseau Orpi, des pratiques comme la géolocalisation par Internet des biens immobiliers disponibles (42 %), la visite virtuelle par Internet des logements (36 %), la consultation des avis des clients sur une agence ou un réseau immobilier (35 %) tendaient déjà à se banaliser.

Les plateformes établissent ainsi un marché là où un petit nombre d’opérations prennent la forme du troc, voire de bourses d’échange au sein de communautés restreintes. « Si ces nouvelles pratiques peuvent améliorer l’occupation du parc dans les zones les plus tendues, elles ne vont pas sans effet pervers : diminution du nombre de logements affectés à l’habitation traditionnelle ; trouble de jouissance dans les immeubles d’habitation ; évasion fiscale ; concurrence déloyale avec l’industrie hôtelière » observe France Stratégie.

Nouveaux acteurs

France Stratégie pointe aussi l’apparition de nouveaux acteurs de la transaction et de la gestion immobilières : « ils ne se distinguent pas nécessairement par une avancée technologique particulière, mais par une insertion différente dans la chaîne de valeur, par la proposition de nouveaux services ou par l’offre de services traditionnels mais tarifés différemment ».

Ces nouveaux acteurs peuvent être rangés en plusieurs catégories, selon qu’ils visent clairement le remplacement des acteurs traditionnels ou qu’ils proposent leurs services aux acteurs traditionnels, tout en prélevant une partie de la valeur ajoutée produite par eux.

Pour s’assurer de la maîtrise des données et capter le maximum d’audience, les sites mis en place par les organisations professionnelles, les portails d’annonces ou les vitrines virtuelles proposées par les agences immobilières enrichissent continuellement l’information sur les logements : historique du prix des ventes successives, consistance des biens, informations relatives à la fiscalité, aux assurances, aux crédits accordés, informations sur le quartier, caractéristiques démographiques des habitants, qualité des écoles, criminalité, etc.

En France, relève encore France Stratégie, « aucun site n’offre une information aussi riche que celle que l’on trouve sur les sites des États-Unis ou du Québec. Cela tient pour partie à ce que certaines données sont plus aisément accessibles aux notaires qu’aux agents immobiliers ».

L’autre fait marquant pointé par France Stratégie est le changement d’attitude vis-à-vis de la propriété. « Le souci de l’usage gagnerait du terrain sur le désir de possession. L’attrait des citoyens pour la propriété de leur logement n’est pas réellement remis en cause, mais en revanche l’espace privé qu’il représente serait plus volontiers ouvert et l’on y accueillerait plus facilement des étrangers ». Selon l’enquête réalisée en 2015 par IPSOS, la moitié des personnes interrogées ne se montrent pas hostiles à l’idée de « louer une chambre de leur logement pour avoir un complément de revenu ».

About The Author

L'Agence du Numérique

L’Agence du numérique a pour ambition de préparer, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique pour que notre pays soit prêt à en saisir les opportunités, tant en termes de croissance et d’emplois que d’efficacité des services publics, d’aménagement du territoire et de renforcement du lien social.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter