Select Page

Tempête Harvey : le numérique mis à contribution pour alerter, localiser, organiser les secours mais aussi pour témoigner

Comme lors des catastrophes précédentes (tsunami au Japon, séisme de Virginie, ouragan Irene, Ouragan Sandy…), les réseaux téléphoniques ayant été rapidement saturés, les appels à l’aide et les opérations de secours ont basculé, dans la précipitation, sur les services mobiles et les réseaux sociaux.

  • Les autorités — police, pompiers, gardes-côtes, mairie — ont utilisé leurs comptes officiels sur Twitter et Facebook, pour diffuser les ordres d’évacuation ou signaler quels comtés étaient sous les eaux ou encore pour demander aux propriétaires de bateau de participer aux opérations de secours.
  • Des utilisateurs de Twitter ont pris l’initiative d’envoyer sur la plate-forme des adresses des victimes qui avaient besoin d’être secourues, y compris des détails sur le nombre de personnes et leur état : ces informations étaient destinées autant aux services de secours qu’aux citoyens qui secouraient d’autres personnes avec des bateaux ou des kayaks
  • Les zones commentaires des pages Facebook, de messages sur Twitter ou des hashtags comme #HoustonFlood1 sont devenus des sortes de forums, des lieux d’entraide, d’organisation et d’échange d’informations cruciales pour venir en aide à des personnes parfois en situation désespérée.
  • Des comptes Twitter spécialement dédiés aux appels à l’aide sont apparus, comme@HarveyRescue, pour recenser et diffuser les messages de détresse à l’adresse des professionnels et des particuliers qui patrouillaient dans les rues inondées sur leurs bateaux.
  • Sur Facebook, un groupe appelé Hurricane Harvey 2017 – Together We Will Make It ; TOGETHER WE WE WILL REBUILD a été un carrefour d’informations, d’adresses et de personnes à la recherche de leurs proches.

La presse américaine rapporte que les autorités n’aient pas toujours très enthousiastes. Certaines d’entre elles recommandaient d’appeler le centre de secours 911, ou un autre numéro, le 311, plutôt que de communiquer sur les réseaux sociaux.

Cartographie d’urgence

Les services de secours se sont tournés vers GoogleMaps ont partagé des cartes (comme Hurricane Harvey Rescue  ou  Rescue Houston) pour repérer les personnes et les groupes prises au piège par la montée des eaux, pour repérer les lieux où des interventions sont encore nécessaires et ceux ou les sauvetages ont été achevés Des épingles bleues pointent les personnes qui cherchent de l’aide, tandis que des épingles rouges marquent celles qui ont besoin d’aide le plus rapidement possible. Certaines descriptions sont simples (“3 personnes dont une femme enceinte et un animal de compagnie”) alors que d’autres fournissent plus de détails (« Un homme de 85 ans coincé au 2e étage de sa maison et l’eau monte! »).

Des applications sociales converties en services de sauvetage

Outre les plateformes comme Facebook, Reddit et Twitter, quelques applications se sont avérées utiles aux personnes isolées pour se connecter avec les sauveteurs et obtenir les informations les plus récentes.

  • Quelques autorités locales ont utilisé le réseau communautaire social de quartier Nextdoor pour communiquer avec leurs résidents. Le bureau des shérifs du comté de Harris a utilisé son compte Nextdoor pour afficher des mises à jour régulières, tout comme le Bureau de gestion des situations d’urgence de Houston et le service de police de Houston.
  • Des personnes ayant besoin d’aide ont utilisé Zello, une application de type talkie-walkie, pour entrer en contact avec les premiers intervenants. L’application a une interface simple de push-to-talk qui permet aux personnes d’adresser des messages (vocaux ou texte) ou des images aux canaux de sauvetage. Zello a été utilisée pour la mise à jour en temps réel des fermetures de routes ou la localisation des lieux où les bénévoles étaient les plus nécessaires.
  • Certains services de secours ont utilisé l’application de partage de localisation en temps réel Glympse. Associée à Zello, elle permettait aux personnes de se coordonner avec les secouristes qui sont à proximité.
  • Mashable mentionne également l’utilisation de Pawboost, une application destinée au partage d’information sur les animaux domestiques disparus.

Snapchat pour témoigner sur les dévastations de l’ouragan Harvey

Des applications de partage de photos et de vidéos comme Snapchat ont permis aux habitants de montrer les effets de l’ouragan et des crues : dans des endroits que les caméras de télévision ne pouvaient pas atteindre : pour guider les opérations de secours mais aussi pour témoigner et immortaliser les effets de la catastrophe. Des centaines de milliers de photos sont ainsi accessibles au public. La fonction « événement » relativement récente permet de retrouver ses amis en les localisant sur une carte et de découvrir l’ensemble des snaps publics dans une zone géographique donnée.

A propos de l'auteur

L'Agence du Numérique

L’Agence du numérique a pour ambition de préparer, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique pour que notre pays soit prêt à en saisir les opportunités, tant en termes de croissance et d’emplois que d’efficacité des services publics, d’aménagement du territoire et de renforcement du lien social.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter