Select Page

Le numérique ne nuit pas à la fréquentation des bibliothèques. Au contraire …

Le ministère de la Culture vient de publier une enquête consacrée aux usages des bibliothèques municipales en 2016. La dernière enquête de ce type remontait à 2005.

L’enquête 2016 met en lumière une modification en profondeur et sur le long terme du rapport qu’entretiennent les Français avec leurs bibliothèques.

  • 40 % des Français de 15 ans et plus a fréquenté une bibliothèque municipale au moins une fois lors des 12 derniers mois (35 % en 2005, 25,7 % en 1997). Ce taux de fréquentation ne tient pas compte du public des moins de 15 ans, qui représente 40 % du public inscrit.
  • Le nombre d’usagers des bibliothèques municipales a augmenté de 23 % depuis 2005, soit une hausse de plus de 4 millions d’usagers, alors que dans le même temps la population française ne s’est accrue que de 4 %.
  • Simultanément à la hausse de la fréquentation des bibliothèques, le taux d’inscrits a connu un net recul, passant de 21 % en 2005 à 16 % en 2016.

Ce sont les jeunes qui fréquentent le plus les bibliothèques

La fréquentation des bibliothèques municipales par les jeunes de 15 à 24 ans a progressé de 14 % entre 2005 (39 %) et 2016 (53 %). On note également une progression sensible pour les personnes de 35 à 49 ans, avec une hausse de six points de la part des usagers entre 2005 et 2016. La fréquentation des autres tranches d’âge, en revanche, reste stable.

La forte fréquentation des bibliothèques par les jeunes s’explique, selon le site ActuaLitté, « par les besoins et travaux scolaires, mais pas seulement, puisque l’usage scolaire et usage pour les loisirs sont pratiquement au même niveau. On peut imaginer que ces deux motifs de fréquentation se croisent : aller à la bibliothèque pour des activités scolaires n’exclut pas l’emprunt d’un ou deux mangas… »

Si l’on continue à emprunter dans les bibliothèques, on vient aussi de plus en plus y faire tout autre chose

Si la place du livre et de l’emprunt demeure centrale dans l’activité des équipements de lecture publique, elle a fortement baissé au profit d’autres pratiques qui se répartissent sur la diversité de l’offre proposée par les bibliothèques.

Parmi les usages pratiqués dans les bibliothèques, l’enquête distingue les usages numériques et non numériques.

« Le livre occupe sans surprise les deux premières positions des activités non-numériques pratiquées, qu’il s’agisse des emprunts ou de la lecture sur place. 55 % des usagers des 12 derniers mois ont emprunté des livres, 51 % ont lu des livres sur place. En croisant les deux activités, 84 % des usagers lisent des livres sur place ou en empruntent (ou encore font les deux) ».

Ces résultats confirment, selon les auteurs de l’étude, « une tendance de fond au redéploiement des activités des bibliothèques municipales : si l’on continue à emprunter dans les bibliothèques, on vient aussi de plus en plus y faire tout autre chose ».

43 % des usagers des bibliothèques ont eu une activité utilisant l’informatique ou les services en ligne de la bibliothèque

Parmi les usagers des bibliothèques municipales des 12 derniers mois, 43% ont eu au moins une activité utilisant l’informatique ou les services en ligne de la bibliothèque.

Quatre activités se détachent nettement :

  • Consulter le catalogue en ligne sur place (19 % des usagers), service proposé par 60 % des bibliothèques en 2015,
  • Utiliser un ordinateur de la bibliothèque sans se connecter à internet (13 % des usagers), environ neuf bibliothèques sur dix disposant d’au moins un poste informatique public en 2015,
  • Utiliser un ordinateur de la bibliothèque en se connectant à internet (13 % des usagers),
  • Utiliser le réseau wifi de la bibliothèque avec son propre ordinateur ou smartphone (11 % des usagers).

L’utilisation des services numériques s’exprime prioritairement chez les utilisateurs intensifs des bibliothèques.

36 % des usagers des bibliothèques municipales ont consulté le site internet de la bibliothèque municipale lors des 12 derniers mois, 11 % ne l’ayant fait qu’une seule fois, 15 % deux à quatre fois, 9 % cinq fois et plus. Parmi les non usagers, 7 % ont consulté le site d’une bibliothèque municipale (3 % l’ayant fait deux fois ou plus). Ainsi, sur la base de la population totale des Français de 15 ans et plus, 19 % ont consulté le site d’une bibliothèque municipale lors des 12 derniers mois.

71 % des bibliothèques (dont 97 % des bibliothèques dans les villes de plus de 40 000 habitants) disposent d’un site Internet.

Si l’usage des ressources numériques  proposées aujourd’hui par les bibliothèques de lecture publique (livres numériques, presse en ligne, autoformation, vidéo à la demande, musique en ligne…) est beaucoup moins important que l’utilisation des services en ligne plus classiques, « il est cependant significatif dans un contexte où ces services ne sont proposés que par une minorité de bibliothèques. La consultation des ressources numériques motive ainsi entre 3 % et 9 % des visites effectuées sur les sites de ces bibliothèques selon le type de contenus proposés ».

Pas de sous-équipement numérique chez les usagers des bibliothèques municipales : au contraire

On apprend, au travers de cette enquête, que les usagers des bibliothèques municipales sont proportionnellement mieux équipés que les non-usagers.

Ce constat contredit « l’hypothèse – selon laquelle les bibliothèques seraient progressivement rendues obsolètes par les services en ligne disponibles sur Internet ».

« Bien que la bibliothèque municipale continue de bénéficier d’une forte légitimité, y compris chez les non-usagers, la tendance selon laquelle elles ne constituent plus un lieu « sacralisé » mais un équipement dont on peut interroger la fonction progresse chez ces derniers, notamment au regard des évolutions numériques de la société », ajoutent les auteurs.

Cette enquête a été réalisée auprès de 4 000 personnes de 15 ans et plus via un questionnaire en ligne. 400 autres ont été interrogées par téléphone.

 

A propos de l'auteur

L'Agence du Numérique

L’Agence du numérique a pour ambition de préparer, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique pour que notre pays soit prêt à en saisir les opportunités, tant en termes de croissance et d’emplois que d’efficacité des services publics, d’aménagement du territoire et de renforcement du lien social.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter