Select Page

Le numérique dans les missions du Haut-commissaire aux compétences

Le gouvernement avait annoncé en septembre dernier le lancement d’un « plan d’investissement compétences » (PIC).

Doté de 15 milliards d’euros, étalé jusqu’en 2022, ce plan  a pour objectif de former, entre 2018 et 2022, un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes qui ont « décroché » du système scolaire, sans aucun diplôme.

Une transformation du système de formation professionnelle

Le Plan d’investissement compétences prévoit, notamment, de :

  • De rendre l’apprentissage plus attractif pour les entreprises et pour les jeunes
  • D’accompagner les personnes les plus fragiles pendant leur formation, afin de prévenir les décrochages, d’anticiper la recherche d’emploi post-formation en capitalisant sur les acquis, et, le cas échéant, d’effectuer un travail de médiation entre le formateur et le formé ;
  • De développer un véritable système d’information de la formation professionnelle, ergonomique et efficace ;
  • De développer les formations à distance…

Un haut-commissaire à la à la transformation des compétences 

Un haut-commissaire sera chargé de superviser la mise en œuvre de ce Plan.

Un décret publié au JO du 4 novembre précise ses missions.

Placé auprès du ministre du Travail,  le haut-commissaire aux compétences  « apporte son concours à la définition et à la mise en œuvre des politiques conduites en vue de la transformation des compétences, liée notamment au développement du numérique, dans le domaine de la formation professionnelle tout au long de la vie ».

Il devra, en outre, utiliser des outils numériques pour remplir ses missions.

Il lui reviendra « d’assurer la conception et le déploiement du plan d’investissement relatif aux compétences, en promouvant, notamment par le recours aux outils numériques, la transparence, la qualité et le caractère innovant de l’offre de formation proposée aux demandeurs d’emploi, ainsi que l’adéquation entre l’offre de formation et les besoins en compétences des entreprises à court, moyen et long terme »

Le futur haut-commissaire aux compétences   veillera, par ailleurs, « à la mise en place d’une application numérique du compte personnel de formation permettant à tous les salariés et les demandeurs d’emploi de consulter les heures figurant sur leur compte, les informations personnalisées et détaillées sur les offres d’emploi, les formations disponibles localement, l’inscription en formation et le financement de la formation ».

 

Estelle Sauvat a été nommée  en Conseil des ministres haut-commissaire à la transformation des compétences auprès de Madame Muriel Pénicaud, ministre du Travail.

A propos de l'auteur

L'Agence du Numérique

L’Agence du numérique a pour ambition de préparer, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique pour que notre pays soit prêt à en saisir les opportunités, tant en termes de croissance et d’emplois que d’efficacité des services publics, d’aménagement du territoire et de renforcement du lien social.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter